Pourquoi le Forum Mondial du Travail (FMT)?

En 2019, le Forum Mondial du Travail (FMT) de Lausanne rassemblera un large éventail d’acteurs clés en vue de mobiliser l’Eglise entière, c’est –à-dire, tous les secteurs d’activité dans le monde entier-  comme porteurs de l’Evangile.

Le défi

La Bible affirme que le travail en soi fait partie du bon dessein de Dieu, plaçant ainsi toutes les occupations, c’est-à-dire, la totalité de notre vie de travail dans la sphère du ministère et de la mission.

Cependant, l’un des scandales les plus importants de notre ère consiste dans le partage erroné entre le « sacré et le séculier » qui est « devenu omniprésent dans la pensée et l’action de l’Église », nous disant que « l’activité religieuse appartient à Dieu, tandis que les autres activités ne lui appartiennent pas » (tiré de L’engagement du Cap).

Nous devons reprendre possession de la vérité biblique selon laquelle tout travail légitime – et non seulement le ministère à temps plein- a une importance intrinsèque et fait partie intégrante du travail missionnel pour le Royaume de Dieu. Pendant trop longtemps, nombreux sont ceux qui ont considéré que les 99% des Chrétiens existent uniquement pour soutenir ceux qui constituent 1% dans le ministère à temps plein. Au contraire, nous devons réajuster notre perspective pour considérer le 1% comme existant pour soutenir les 99% (Eph 4 :11-12). Par ailleurs, nous devons œuvrer pour atteindre une vision plus large du lieu de travail qui inclurait toutes les occupations, en particulier celles qui passent inaperçues.

Tout comme, il y a 500 ans, la Réforme a appelé les croyants à retourner à la Parole de Dieu, aujourd’hui nous aussi devons retourner à la vérité biblique selon laquelle chaque croyant est impliqué dans l’œuvre de Dieu. Car c’est seulement lorsque chaque croyant vit intégralement dans toutes les sphères de l’existence humaine – y compris le lieu de travail – que l’Eglise entière pourra réellement apporter l’Evangile entier au monde entier.

Pourquoi un rassemblement?

Reconnaissant le défi de surmonter le partage du travail entre ce qui est sacré et ce qui est séculier, de nombreux réseaux, événements et ressources importants abordant l’intersection entre la foi et le travail ont vu le jour ces dernières années. Cependant, le Forum Mondial du Travail (FMT) de Lausanne en juin 2019 s’engagera dans une nouvelle voie et représente l’effort le plus concerté du Mouvement de Lausanne à ce jour dans le but d’aborder le partage entre le clergé et les laïcs. Le FMT rassemblera toutes les tendances du Mouvement afin d’œuvrer ensemble sur cette question cruciale, et cherchera à collaborer avec un large éventail d’autres réseaux et mouvements liés à l’expression de la foi sur le lieu de travail qui existent de par le monde.

L’un des aspects les plus distinctifs du FMT sera la représentativité des femmes et des hommes venant de tous les domaines d’activité. Plus précisément, 50% de tous les participants viendront du lieu de travail, ce qui sera la plus grande proportion dans l’histoire des grands rassemblements de Lausanne. Ce grand rassemblement est intentionnel et essentiel. Auparavant, les discussions sérieuses sur la foi et le travail s’étaient souvent tenues uniquement entre dirigeants d’église, théologiens et cadres, excluant ainsi la vaste majorité dont les voix ne se font pas entendre. Cela comprend les ouvriers qualifiés ou non, tels que ceux qui travaillent au foyer, ceux qui travaillent comme bénévoles, et même ceux qui sont en esclavage. Leurs voix seront entendues au cours du FMT. Hormis la représentativité de tous les domaines d’activité, le FMT choisira également de manière intentionnelle des participants appartenant à toutes les générations, provenant de toutes les régions du monde (y compris les régions où des rassemblements/discussions sur la relation entre la foi et le travail n’ont pas encore eu lieu) et reliés aux 35 réseaux abordant des thèmes urgents concernant la mission.

Avec un tel éventail de participants, le Forum Mondial du Travail sera une opportunité unique pour collaborer et réfléchir sur la manière dont les conclusions pourront être mises en œuvre à l’échelle régionale et locale ainsi que dans des contextes où des thèmes spécifiques sont relevés. Les participants exploreront les recherches en cours et les ressources disponibles en vue de développer de nouvelles initiatives qui permettront au peuple de Dieu de “vivre, penser, travailler et parler depuis une vision du monde biblique et avec une efficacité missionnelle” (Engagement du Cap II-A-3C). Les participants chercheront aussi des moyens d’exhorter les dirigeants d’église à comprendre l’impact stratégique et le potentiel du ministère sur le lieu de travail et à “mobiliser, équiper et envoyer les membres de l’Eglise comme des missionnaires sur le lieu de travail” (Engagement du Cap II-A-3D).

Le rassemblement de Wittenberg en 2017 a abordé les deux premiers points de la vision de Lausanne: l’évangile à la portée de chacun et une église évangélique accessible à tous les peuples.  Le troisième point de la vision, des leaders à l’image de Christ dans chaque église, a été au centre du Rassemblement des Jeunes Leaders de 2016 . L’espoir est qu’à travers le Forum Mondial du Travail de 2019, un élan sera créé pour un nouveau modèle missionnel lequel permettra à tous les croyants d’œuvrer ensemble vers la réalisation du quatrième point de la vision qui est: un impact pour le royaume dans chaque sphère de notre société. Car cette vision ne pourra devenir une réalité que si tous les chrétiens sur leur lieu de travail, dans chaque sphère de la société, sont mobilisés comme porteurs de l’Evangile en parole et en actes.

Participants et Critères de nomination

Un aspect important de ce forum uniquement sur invitation est le processus de nomination et de sélection rigoureux, empreint de prière et ouvert. Nous voulons nous assurer que les bons acteurs clés pourront venir de toutes les régions du monde, parmi toutes les générations et à travers tous les 35 réseaux à thème.

Parmi les 500 à 1000 participants représentant le monde entier, au moins la moitié viendra de lieux de travail séculier (en d’autres termes, pas ceux-là qui perçoivent leur salaire d’une église ou d’une organisation de ministère), au moins 30% seront des femmes, et au moins 30% seront des jeunes leaders (âgés de 40 ans au plus).

Il s’agit d’un rassemblement de travail avec des engagements à tenir avant, pendant et après la rencontre à Manille. Le processus de désignation des participants est maintenant clos.

Renseignements

Pour toute question ou information supplémentaire, veuillez adresser un courriel à [email protected].

Print Friendly, PDF & Email