Bienvenue à ce numéro de l’Analyse mondiale de Lausanne, disponible en anglais, en portugais et en espagnol, et pour la première fois en français. Nous attendons vos commentaires.

Dans ce numéro, nous nous intéressons aux manifestations de Hong Kong, et étudions comment les chrétiens devraient réagir face aux enjeux qui sous-tendent ces manifestations ; nous examinons le combat spirituel en regard avec la mission ; nous nous demandons ce que nous pouvons apprendre d’un contexte africain, nous examinons les stratégies pour rester informés et pertinents, dans notre volonté de suivre Jésus dans le monde, et enfin nous demandons comment nous pouvons utiliser les histoires de l’univers Disney comme une aide pour communiquer l’Évangile et ses valeurs aux jeunes.

« Depuis juin 2019, [Hong Kong] est en proie à une agitation croissante, écrit Francis Tsui (membre du Conseil de CMS Asie). Ce qui avait commencé comme une protestation contre l’effort du gouvernement pour faire adopter une modification de l’ordonnance sur les délinquants en fuite, s’est transformée en une manifestation majeure de mécontentement face à des problèmes socio-économiques profonds. C’est aussi le reflet d’un malaise croissant vis-à-vis de la Chine, à mesure que de plus en plus de citoyens s’inquiètent de voir bafouées leur identité locale et leurs perspectives personnelles. Les jeunes générations ont grandi avec la prolifération de valeurs universelles telles que la liberté et la démocratie. Les gens cherchent l’espoir dans les réformes politiques. Beaucoup pensent que le suffrage universel est la seule garantie de la liberté dont ils jouissent et de l’autonomie promise par.la Chine. Un préoccupation profonde de l’identité est à la base du désir d’autonomie. / Cette aspiration forte à l’autonomie est portée par une préoccupation profonde au sujet de l’identité. La jeune génération grandit de plus en plus dans un état de pauvreté spirituelle, d’inertie sociale et d’aspiration à des relations authentiques. De nombreux mois d’instabilité ont mis en cause la pertinence de l’Église dans un contexte changeant. L’Église est tout aussi divisée que la communauté autour d’elle, selon des fractures soit politiques et idéologiques, soit générationnelles. Nous sommes appelés à être témoins du Royaume de Dieu sur la terre pour transformer la vie des gens de façon holistique plutôt que de simplement apporter des solutions politiques. Il est nécessaire que l’Église soutienne les faibles et les souffrants. Il y a des gens qui vivent dans la peur et cherchent désespérément un peu d’espoir. Il y a des gens qui sont isolés, aliénés et en recherche de communauté. Il y a les gens de la prochaine génération, en quête d’approbation, d’acceptation et d’une identité dont ils puissent être fiers. « En Jésus réside l’espoir ultime sur lequel l’humanité peut compter, en lui réside une intimité qui enrichit et une identité d’enfants de Dieu », conclut-il.

« Cet article étudie, sous un angle africain, la relation entre le combat spirituel et la mission chrétienne », écrit Kwabena Asamoah-Gyadu (Président du Trinity Theological Seminary à Legon au Ghana). Dans le contexte africain, il y a en général une forte croyance en la causalité mystique, la vision du monde sur laquelle est fondée l’activité du combat spirituel. La relation entre combat spirituel et mission de l’Église est plus particulièrement visible dans la popularité du christianisme pentecôtiste/charismatique qui, compte tenu d’une forte croyance dans la puissance de l’Esprit saint, intègre consciemment le combat spirituel au ministère chrétien comme une forme de prise en charge pastorale. La théologie d’un interventionnisme spirituel est ancrée dans la croyance largement répandue dans la mouvance pentecôtiste selon laquelle les chrétiens ont reçu le pouvoir d’entrer dans un combat spirituel. Elle s’appuie sur les ministères de Jésus et des apôtres, et des écrits de Paul. La notion de combat spirituel est un phénomène mondial. C’est un thème qui cependant n’a pas encore été exploré en profondeur par les études sur le christianisme dans le monde. Si nous cherchons à évangéliser dans l’esprit du Christ, il convient de comprendre ses activités d’exorcisme et de délivrance comme des conséquences de la prédication de l’Évangile. La bonne manière de réagir aux abus qui ont pu caractériser le combat spirituel n’est pas de tout rejeter, mais plutôt d’accepter sa vision du monde comme bibliquement et culturellement légitime, et d’exprimer des réponses plus équilibrées. « Un moyen d’y parvenir consiste à accompagner les charismes de ceux qui sont ainsi dotés par l’Esprit des ministères de guérison et de délivrance, de sorte qu’ils puissent contribuer à traiter les problèmes dont l’origine est surnaturelle », conclut-il.

Depuis dix ans, nous travaillons de plus en plus dans tous les secteurs (humanitaire, santé, développement, ONU) comme psychologues en mission, écrivent Kelly O’Donnell et Michelle Lewis O’Donnell (psychologues consultants). Un cadre simple et stratégique, que nous appelons Intégration mondiale (IM), est au cœur de notre travail. Il nous permet d’interagir de façon active et responsable avec notre monde, depuis l’échelon local jusqu’à l’échelon mondial, pour la gloire de Dieu. Nous cherchons à « intégrer » notre vie par une connexion relationnelle et une contribution pertinente au bien-être humain et aux interrogations auxquelles est confrontée l’humanité, en recherchant un terrain commun pour le bien commun. Des efforts considérables sont en cours pour promouvoir le développement durable et le bien-être de tous. En tant que chrétiens, nous avons une occasion sans précédent de nous impliquer partout dans le monde et d’être associés à d’autres pour de tels efforts. L’IM implique de vivre de manière cohérente et responsable dans une intégrité morale à tous les niveaux : individuel, interpersonnel, institutionnel et international. Nous pensons que nous pouvons faire beaucoup mieux pour transformer notre monde quand nous incluons Dieu et l’honorons par nos efforts, et quand nous commençons la transformation dans notre cœur. En résumé, l’IM est un cadre pour nous aider à investir dans nos frères en humanité dans chaque sphère d’influence de notre vie. L’IM nous aide à forger de nouvelles relations et à chercher de nouvelles occasions pour traiter les questions importantes qui touchent notre monde, notamment le travail de la communauté ecclésiale et missionnaire parmi les peuples non atteints. « Elle soutient nos efforts pour être sel et lumière, vivre comme citoyens du monde pour la gloire de Dieu, en puisant dans ce que nous avons de meilleur : le sens commun de notre appartenance, notre identité et notre responsabilité mutuelle », concluent-ils.

« Les enfants et les jeunes… sont de plus en plus numériques, entourés à la fois de gadgets médiatiques et d’histoires médiatiques qui jouent un grand rôle dans leur vie », écrit Tonje Belibi (Professeure adjointe au Fjellhaug International University College en Norvège). Le cinéma pourrait bien supplanter l’Église pour ce qui est de fournir à la jeunesse un certain nombre de ses idées religieuses. Walt Disney était un réalisateur qui voulait tout à la fois transmettre un message et procurer un bon divertissement. L’univers Disney est désormais un monde imaginaire qui divertit et éduque les enfants partout dans le monde entier. Ses histoires reflètent souvent des valeurs, comme l’individualisme, que l’on trouve dans la société occidentale ou en sont importées. En se familiarisant avec les valeurs qui sont présentées dans l’univers Disney, l’Eglise peut avoir une meilleure idée du cadre de référence auquel les enfants sont exposés à travers d’autres médias. Plusieurs films Disney ont également une dimension spirituelle, mélangeant souvent un enseignement judéo-chrétien avec d’autres éléments religieux, et « y ajoutant d’un peu de magie » comme solution ultime pour réaliser vos rêves. L’univers Disney influence la jeune génération, tant positivement que négativement, et nous devons mettre en évidence à la fois les points de concordance et les points de discordance entre la foi chrétienne et l’univers Disney. Nous pouvons regarder les films avec les jeunes, apprendre à connaître ce que contient leur monde médiatique, et en parler dans une attitude ouverte. « Si, en tant qu’Église mondiale, nous pouvons orienter la jeune génération vers Jésus par les différents messages qu’elle reçoit, cette approche nous montrera à nous, comme à eux, la nature généreuse et aimante de notre Seigneur qui a eu le courage de sacrifier la poursuite de son propre bonheur pour réaliser le rêve de l’humanité : vivre heureux pour toujours », conclut-elle.

Nous espérons que vous trouverez ce numéro stimulant et utile. Notre objectif est de fournir des analyses, informations et idées stratégiques et crédibles, de sorte que vous qui êtes des leaders soyez mieux équipés pour la tâche d’évangélisation du monde. Nous souhaitons que l’analyse des tendances et développements actuels et futurs vous aidera, vous-mêmes et votre équipe, à prendre de meilleures décisions sur la gestion de tout ce que Dieu vous a confié.

Veuillez envoyer toutes les questions et commentaires relatifs à ce numéro à [email protected]. Le prochain numéro de l’Analyse mondiale de Lausanne sortira en mars.

David Taylor est le rédacteur en chef de l'Analyse mondiale de Lausanne. David est analyste des affaires internationale et plus particulièrement ce qui a trait au Moyen-Orient. Il a travaillé pendant 17 ans au UK Foreign and Commonwealth Office, département exécutif du gouvernement britannique chargé des affaires étrangères, la plupart du temps en charge du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Il a ensuite passé 14 ans comme rédacteur pour le Moyen-Orient et vice-rédacteur de Daily Brief à Oxford Analytica, ainsi que pour le Mouvement de Lausanne et d'autres clients, travaillant aussi avec Solidarité chrétienne internationale (CSI), Religious Liberty Partnership et d'autres réseaux sur les questions internationales de liberté religieuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*