Le mouvement de Lausanne rend hommage au fondateur, Billy Graham

 (7 Novembre 1918 – 21 février 2018)

21 février 2018 – Nous remercions Dieu pour la vie longue et fructueuse de Billy Graham, fondateur du Mouvement de Lausanne, alors qu’il rejoint la grande nuée de temoins, pour son influence extraordinaire, et pour le modèle qu’il laisse d’une vie bien vécue, et d’une course bien courue. Puisse le Saint-Esprit utiliser la vie et la mort du Dr Graham, selon ses propres mots, ‘pour augmenter votre fardeau pour les perdus de ce monde agonisant, et vous pousser à vous reconsacrer à la priorité et à l’urgence de l’évangélisation‘.

Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur du ciel, et ceux qui auront enseigné la justice, à la multitude brilleront comme les étoiles, à toujours et à perpétuité. (Daniel 12v.3)

Le ministère évangélique oint de Billy Graham était caracterisé par sa vivacité d’esprit et sa perspicacité.

L ‘histoire de son héritage à travers le mouvement de Lausanne peut être retracée a 1955. L’évangéliste, alors âgé de 37 ans, avait été invité par des étudiants de l’Union Chrétienne de l’Université de Cambridge à conduire une mission sur le campus de l’université, avec pour assistant John Stott, 34 ans. Ces deux hommes formèrent une amitié qui devait durer toute leur vie. Alors que Billy Graham remplissait des stades à travers le monde entier,  John Stott se consacrait à l’evangelisation du campus universitaire de Cambridge. Leur travail commun pour établir un movement associant la passion évangelique avec la réflexion théologique, l’orthodoxie avec l’orthopraxie s’est révélé être un tournant majeur pour les chrétiens évangéliques.

En 1960, Billy Graham réunit un petit groups de leaders et de personnes d’influence à Montreux, en Suisse, pour discuter des différents moyens d’amener l’unité dans le milieu évangélique. Il écrit: « Apres plusieurs jours de discussions et de débats, et beaucoup de temps dans la prière, j’ai maintenant la conviction qu’une seule chose pourra rassembler le milieu évangélique: l’évangélisation. » Cette prise de conscience a conduit à l’organisation du Congrès mondial sur l’évangélisation, avec Carl Henry et bien d’autres (du 26 octobre au 4 novembre 1966, à Berlin). 700 participants s’y rassemblèrent, avec 300 observateurs juifs et catholiques. La prestance et le charisme du Dr. Graham attirèrent plus de 100 journalistes et reporters. Berlin 1966 a pourvu une plate forme de communication pour permettre la croissance du movement évangélique dans le monde, dans l’héritage spiritual de la Conférence pour la Mission Mondiale d’Edinburg, en 1910.

Le discours d’ouverture de Billy Graham était clair et passionné:

Il y a dans ce lieu les éléments du feu spirituel qui pourraient permettre à ce Congrès d’avoir un impact aussi significatif dans l’histoire de l’Eglise que la Conférence pour la Mission Mondiale qui a eu lieu à Edinburg en juin 1910. Nous avons besoin d’une plus grande compréhension du monde dans lequel nous travaillons. Nous avons besoin d’une plus grande unité parmi les ouvriers. Nous avons besoin d’une plus grande dynamique. Nous avons besoin de nouvelles organisations, et de nouveaux mouvements. Nous avons besoin d’un nouveau message. Mais par dessus-tout, nous avons besoin d’une  manifestation fraîche, et plus grande, de la puissance surnaturelle pour l’accomplissement de l’énorme tâche qui se présente à nous d’évangéliser notre génération. Nous avons besoin d’un plus grand enthousiasme.

Si l’Eglise d’aujourd’hui pouvait être enflammée d’enthousiasme pour l’Evangile de Christ, entièrement devouée à la personne de Christ, et passionnée pour les multitudes qui ne Le connaissent toujours pas, nous pourrions changer notre monde.

Plans pour Lausanne, 1974

Cinq and plus tard, en 1971, le docteur Graham convoqua une réunion pour discuter de la possibilité d’un autre rassemblement, établir quels progrès avaient été faits depuis 1966, et considérer avec plus d’attention les questions mondiales les plus préoccupantes – politiques, idéologiques, théologiques – et leur impact sur l’évangélisation. Deux mois plus tard, l’organisation du rassemblement qui devait avoir lieu à Lausanne en 1974, se mettait en place. Il s’agissait là du Congrès International sur la Mission Mondiale (plus tard renommé Lausanne 1).

Légende de la photo: Les participants arrivent au Palais de Beaulieu, où a lieu le Congrès international sur l’évangélisation mondiale.

Dans son discours d’ouverture à Lausanne I, Billy Graham décrivit les quatre accomplissements qu’il espérait voir prendre place:

  • ‘Je voudrais que le Congrès puisse établir une déclaration biblique sur l’évangélisation.’
  • ‘Je voudrais voir l’Eglise prendre le défi d’accomplir la tâche d’évangéliser le monde.’
  • ‘J’ai la conviction que nous pouvons établir la relation entre l’évangélisation et la responsabilité sociale.’
  • ‘J’espère qu’une nouvelle “koinonia,” ou unité parmi les évangéliques de tous types de croyances, sera développée à travers le monde. J’espère que nous pourrons déveloper ici ce que j’aimerais appeler « l’esprit de Lausanne”.’

Il finit son discours avec la question suivante ‘Pourquoi Lausanne?’ à laquelle il donna la réponse galvanisante: ‘Pour que la terre puisse entendre Sa voix!’

Des personalités telles que John Stott, Francis Schaeffer, Corrie ten Boom, et l’intellectuel tout récemment converti Malcolm Muggeridge, étaient au nombre des orateurs. Le rassemblement de dix jours où avaient été conviés quelque 2400 leaders évangéliques de 150 pays, apparut même en couverture du magazine TIME. Lausanne I fut décrit comme ‘une plate-forme formidable, probablement le rassemblement chrétien le plus large ayant jamais eu lieu’, un congrès qui ‘’servirait de signe de la vigueur du christianisme conservateur, résolument biblique, et centré sur la mission’.

Légende de la photo: Billy Graham, assis en compagnie de l’évêque Jack Dain, Malcolm Muggeridge, et de Jaroy Weber (de gauche à droite).

De ce Congrès fut issue la declaration biblique à laquelle Billy Graham avait tant aspirée, la déclaration de Lausanne, avec John Stott comme artisan principal. La déclaration a prouvé être l’un des documents les plus marquants dans l’histoire moderne de l’Eglise, et a façonné la pensée évangélique pour le reste du siècle. C’est la déclaration de Lausanne qui a établi la notion aujourd’hui familière de ‘peuples non-atteints’, redonnant de l’énergie au travail, et à la prière pour et parmi ces peuples. Le besoin d’être sauvé de la culpabilité, de la peine, et de la puissance de notre péché devait toujours demeurer au Coeur du movement; mais la déclaration de Lausanne était également liée a un ministère de compassion. Le Mouvement de Lausanne allait aussi être reconnu pour sa ‘mission holistique’.

Depuis 1974, la phrase de Billy Graham à propos de ‘l’esprit de Lausanne’ a gagné en exactitude par rapport à la façon dont les leaders devraient vivre et s’associer: dans un esprit de partenariat, d’étude, d’humilité, d’espoir, et de prière.

Légende de la photo: Billy Graham et l’évêque Jack Dain signent la déclaration de Lausanne au Congrès international sur l’évangélisation mondiale, 24 juillet 1974.

Le Mouvement de Lausanne

Un Comité de Continuation fut élu au Congrès pour explorer le futur du Mouvement. Billy Graham et John Stott comptaient au nombre de ses membres. Ce comité se rassembla à Mexico en 1975, sous la direction de l’Evêque Jack Dain. C’est la que le Comité de Lausanne pour l’Evangélisation Mondiale (aujourd’hui le Mouvement de Lausanne) fut établi, et le beau-frère de Billy Graham, Leighton Ford, fut élu à sa présidence en 1976. Dès le départ, quatre groupes de travail furent établis: Théologie et Education (aujourd’hui Théologie), Stratégie, Communication, et Intercession. Ces groupes continuent d’exister à ce jour.

En juillet 1989, un second Congrès de Lausanne eu lieu à Manille, aux Philippines, plus communément connu sous « Lausanne à Manille, » ou Lausanne II. Plusieurs partenariats stratégiques, furent établis lors de ce Congrès, essentiellement dans les pays du Sud.  John Stott fut également l’artisan principal du Manifeste de Manille.

Au cours du troisième Congrès de Lausanne sur l’Evangélisation Mondiale qui eut lieu en Octobre 2010, plus de 4000 leaders évangéliques de 198 nations furent conviés à Cape Town, en Afrique du Sud pour entendre ce que le Saint Esprit voulait dire à l’Eglise de chaque continent. L’essence de ce qu’ils reçurent est retranscrit dans l’Engagement de Cape Town: une confession de foi, et un appel à l’action. Une série de consultations sur les questions essentielles identifiées dans cet Engagement, a ete lancée; Michael Oh, le Directeur Exécutif et Président de Lausanne a pu partager ces nouvelles avec Billy Graham en juillet 2013.

C’est dans la prière que le Dr Graham a suivi les préparations pour le troisième Congrès de Lausanne. Doug Birdsall, l’ancien Directeur Exécutif avait fait en sorte de les garder, lui et John Stott, impliqués dans son organisation. Il prévoyait également d’organiser une dernière rencontre entre les deux hommes en 2007, mais cela fut malheureusement rendu impossible par la santé fragile de John Stott.

Légende de la photo: Billy Graham s’adresse à 2 400 dirigeants évangéliques venant de 150 pays différents à Lausanne I.

Lors d’une interview pour l’édition d’août 2006 de Newsweek, on demanda à Billy Graham ce qui selon lui serait son héritage le plus durable. Il se risqua à dire que ce serait probablement le fruit du Congrès de Lausanne de 1974. Bien que ce commentaire n’ait jamais été publié, probablement du fait de la surprise due à cette reponse, ou (plus vraissemblablement) du fait qu’il aurait nécessité une explication pour les lecteurs de Newsweek, il fut néanmoins noté.

L’une des dernières salutations de Billy Graham à Lausanne fut un fax envoyé à ceux qui étaient réunis à Cape Town:

Il y a trente-six ans, en 1974, deux-mille sept-cent participants de 151 pays se sont réunis pour la première conférence de Lausanne. Le monde a beaucoup changé depuis – politiquement, économiquement, technologiquement, démographiquement, et même religieusement. Une de nos tâches lors de Cape Town 2010, était d’analyser ces changements, et de déterminer leur impact sur la mission à laquelle Dieu nous à appelés dans cette génération.

Mais dans toutes nos délibérations, je prie que nous n’oubliions jamais que beaucoup de choses n’ont pas changé au cours des 36 dernieres années, et ne changeront jamais, jusqu’au retour du Seigneur. Une de ces choses, le besoin le plus grand du coeur humain, n’a pas changé, le besoin d’être réconcilié avec Dieu, et d’expérimenter Som amour, Son pardon, et Sa puissance transformatrice. L’Evangile non plus n’a pas changé, la bonne nouvelle que Dieu nous aime et a envoyé Son Fils unique, Jésus-Christ dans le monde pour nous pardonner et nous sauver par sa mort et sa résurrection. Le commandement de Christ n’a pas non plus  changé, d’aller par tout le monde et de proclamer l’Evangile, poussant hommes et femmes en tous lieux à reconnaître Jesus comme Sauveur et Seigneur.

Je prie que Durant votre temps à Cape Town, le Saint-Esprit non seulement continue ce qu’Il a commencé lors des conférences précédentes, mais également qu’Il augmente votre fardeau pour les perdus de ce monde agonisant, et vous pousse à vous reconsacrer à la priorité et à l’urgence de l’évangélisation. Puisse-t’Il également vous encourager et vous rafraîchir alors que vous vous rassemblez pour l’étude de la Parole, la prière et la communion fraternelle. Alors que vous quittez Cape Town, puissiez vous vous en aller avec une consécration renouvellée à vivre pour Christ, et une détermination nouvelle à marcher avec Lui chaque jour. Ne perdez jamais de vue votre appel, mais gardez les yeux fixés sur Christ chaque jour, alors que vous passez du temps avec lui dans la prière et l’étude personnelle de la Bible.

Nous remercions Dieu pour la vie longue et fructueuse de Billy Graham, alors qu’il rejoint la grande nuée de temoins, pour son influence extraordinaire, et pour le modèle qu’il laisse d’une vie bien vécue, et d’une course bien courue. Pour reprendre les mots du prophète Daniel, il brillera certainement ‘comme une étoile’.

#

In case of media inquiries or interview requests, please contact Attila Nyári at [email protected]

#

Sur Le Mouvement de Lausanne
Le Mouvement de Lausanne a pris naissance en 1974, grâce à la vision de Billy Graham qui avait convoqué le Congrès International sur l’évangélisation du monde à Lausanne, en Suisse. John Scott a été l’architecte en chef de la Déclaration de Lausanne. Au cours du troisième Congrès de Lausanne sur l’Evangélisation Mondiale qui eut lieu en Octobre 2010, plus de 4000 leaders évangéliques de 198 nations furent conviés à Cape Town, en Afrique du Sud.

Print Friendly, PDF & Email